mrg | lettrure(s)

lire / écrire / numérique(s)

Posts Tagged ‘mémoire

Sebald (Austerlitz): parole, mémoire, écriture, langue

with one comment

Austerlitz (traduction Patrick Charbonneau, Actes Sud, 2002)

parole

p. 18. J’ai d’emblée été étonné de la façon dont Austerlitz élaborait ses pensées en parlant, de voir comment à partir d’éléments en quelque sorte épars il parvenait à développer les phrases les plus équilibrées, comment, en transmettant oralement ses savoirs, il développait pas à pas une sorte de métaphysique de l’histoire et redonnait vie à la matière du souvenir.

mémoire

pp. 30/1. Même maintenant où je m’efforce de me souvenir, où j’ai repris le plan en forme de crabe de Breendonk et lis en légende les mots anciens bureau, imprimerie, baraquements, salle Jacques-Ochs, cachot, morgue, chambre des reliques et musée, l’obscurité ne se dissipe pas, elle ne fait que s’épaissir davantage si je songe combien peu nous sommes capables de retenir, si je songe à tout ce qui sombre dans l’oubli chaque fois qu’une vie s’éteint, si je songe que le monde pour ainsi dire se vide de lui-même à mesure que plus personne n’entend, ne consigne ni ne raconte les histoires attachées à tous ces lieux et ces objets innombrables qui n’ont pas, eux, la capacité de se souvenir, des histoires comme par exemple celle qui, pour la première fois depuis cette époque, me revient à présent à l’esprit tandis que j’écris, l’histoire de ces paillasses fantomatiques recouvrant le bois des châlits superposés et qui, leur bourre s’étant décomposée avec les ans, avaient perdu volume et épaisseur, s’étaient ratatinées comme si elles étaient les enveloppes mortelles – oui, c’est, il m’en souvient, ce que je m’étais dit à l’époque -,les enveloppes mortelles de ceux qui gisaient naguère en ce lieu au milieu des ténèbres.

écriture

p. 144/5. Peut-être avais-je déjà, me dit-il, depuis nos premières conversations d’Anvers, une idée de l’éclectisme de ses intérêts, de son mode de pensée et du caractère de ses remarques et commentaires, toujours sous le signe de l’improvisation, au mieux consignés de manière provisoire, et s’étalant pour finir sur des milliers de pages. A Paris déjà, j’ai songé à rassembler mes études en volume, mais par la suite j’en ai toujours reculé la rédaction. Les diverses conceptions que j’ai eues à diverses époques de ce livre allaient de l’œuvre en plusieurs tomes organisée selon un plan descriptif et systématique jusqu’à une série d’essais sur des thèmes tels que l’hygiène et l’architecture pénitentiaire, les temples profanes, l’hydrothérapie, les jardins zoologiques, partir et arriver, ombre et lumière, vapeur et gaz, et d’autres choses encore. Bien sûr, au premier examen des papiers que j’avais sortis de l’institut pour les rapatrier ici, Alderney Street, il s’est avéré qu’il s’agissait pour la plupart d’ébauches désormais controuvées, fausses, en un mot inutilisables. J’ai entrepris de retailler et de refondre ce qui me semblait à peu près tenir debout pour faire revivre devant mes propres yeux, un peu comme en feuilletant un album, un paysage parcouru par le promeneur mais qui, déjà, a presque sombré dans l’oubli. Mais les efforts déployés pendant des mois pour mener à bien ce projet m’ont semblé se solder par des résultats de plus en plus pitoyables et le simple fait d’ouvrir ces gros volumes et de tourner ces innombrables pages écrites de ma main au fil des années m’inspirait désormais un sentiment sans cesse accru de répulsion et de dégoût, dit Austerlitz.

langue

p. 148. Si l’on considère la langue comme une vieille ville avec son inextricable réseau de ruelles et de places, ses secteurs qui ramènent loin dans le passé, ses quartiers assainis et reconstruits et sa périphérie qui ne cesse de gagner sur la banlieue, je ressemblais à un habitant qui, après une longue absence, ne se reconnaîtrait pas dans cette agglomération, ne saurait plus à quoi sert un arrêt de bus, ce qu’est une arrière-cour, un carrefour, un boulevard ou un pont. L’articulation de la langue, l’agencement syntaxique de ses différents éléments, la ponctuation, les conjonctions et jusqu’aux noms désignant les choses les plus simples, tout était enveloppé d’un brouillard impénétrable. Ce que j’avais écrit par le passé, cela surtout, était devenu incompréhensible. Je me disais sans arrêt: une telle phrase, c’est quelque chose qui prétend avoir un sens, en réalité ce n’est qu’un pis-aller, une sorte d’excroissance générée par l’incertitude avec laquelle, un peu sur le modèle des plantes et des animaux marins avec leurs tentacules, nous explorons à tâtons l’obscurité qui nous entoure.

Written by cercamon

20 juillet 2017 at 14:52

Publié dans citation

Tagged with , , ,

Internet, pas si mauvais pour la mémoire

leave a comment »

La théorie de la « mémoire transactive » date des années 1980 et suggère que la mémoire du groupe est supérieure à la somme des mémoires individuelles.

D’après cette théorie, les individus peuvent stocker et distribuer l’information de façon collective : ce stock commun de connaissances permet à chacun d’accéder à une information qu’il ne connaît pas, mais dont il sait qu’un membre du groupe la connaît. C’est la même chose avec Internet : nous développons une « mémoire transactive » qui se focalise sur le lieu où l’information est stockée et non sur l’information elle-même.

Source : Internet, pas si mauvais pour la mémoire

Written by cercamon

3 septembre 2016 at 17:03

Publié dans veille

Tagged with

Comment nos cerveaux fabriquent les souvenirs

with 2 comments

« Il se peut qu’il soit impossible pour les humains ou pour tout autre animal d’amener un souvenir à la conscience sans l’altérer d’une manière ou d’une autre. (…) Les souvenirs regardant un évènement comme le 11 septembre pourraient être particulièrement susceptible [d’être altérés] parce que nous avons tendance à les rejouer encore et encore dans notre esprit ou dans nos conversations avec les autres – et chaque répétition a le potentiel de les altérer. »

Thomas Hoepker - Magnum

Thomas Hoepker – Magnum

La mémoire à court terme n’implique que des changements relativement rapides et simples au niveau des synapses mais la mémoire à long terme entraîne la fabrication de protéines neuronales spécifiques qui sont re-fabriquées à chaque fois qu’un souvenir est ré-archivé après avoir été évoqué.

Source : How Our Brains Make Memories / Greg Miller.- Smithsonian (mai 2010)

extraits (ma traduction, libre) après le saut… Lire le reste de cette entrée »

Written by cercamon

2 septembre 2016 at 20:20

Milad Douehi: l’oubli de l’oubli

with 3 comments

Milad Douehi Chez X. de la Porte

Miladus: « l’oubli de l’oubli », son propos très pertinent (« la machine ne sait pas qu’elle ne sait pas: pour le savoir il faut qu’elle passe en revue tout ce qu’elle sait ») cependant marqué (à moins que ce ne soit sa clef) par l’absolutisation de la métaphore dénoncée par Carr, à savoir concevoir mémoire numérique et mémoire humaine comme analogues voire identiques. Si tous mes tweets, depuis le début, sont conservés et accessibles, ils sont enregistrés et non mémorisés, « mémorisés » uniquement par analogie. Cette différence essentielle: un élément enregistré est collé dans un ensemble et pas recomposé/recomposant dans un ensemble comme un item de mémoire à long terme, qui explique peut-être la constatation: « la machine ne comprend l’oubli que comme une faute ».

Limite de ma remarque: la notion d’archive. Mes comptes de « mémorisation » (delicious, diigo, kindle.amazon.com, Google Reader, etc., et Flickr et mon wiki perso surtout): un espace intermédiaire entre ma mémoire propre et le simple enregistrement sériel, opérateur de cette intermédiation: mes choix. Une archive.

Written by cercamon

29 octobre 2011 at 20:05

Publié dans commentaire, note

Tagged with

Clive Thompson: « not an either/or proposition »

leave a comment »

Je retourne dans les notes de ma conférence et retourne aux références, articles etc. auxquels je fais allusion, souvent depuis Carr et sans les avoir lus ou relus lorsque je les avais déjà repérés avant de lire Carr cet été. Du coup je les lis ou relis. Ainsi de l’article de Clive Thompson « Your Outboard Brain Knows All » (2007)

En fait la thèse de Clive Thompson sur l’externalisation de la mémoire est plus nuancée que ce qu’il en paraît chez Carr. Il fait le partage entre les faits qui valent la peine d’être mémorisé et ceux qui, s’il est nécessaire d’y avoir accès ponctuellement, ne sont pas aptes à produire, à se recomposer en synthèses.

« Of course, it’s probably not an either/or proposition. I want both: I want my organic brain to contain vast stores of knowledge and my silicon overmind to contain a stupidly huge amount more. »

Written by cercamon

15 octobre 2011 at 18:27

Publié dans note

Tagged with ,