mrg | lettrure(s)

lire / écrire / numérique(s)

Posts Tagged ‘lecture

À propos d’un chef d’œuvre de Jules Verne

leave a comment »

Je me souviens que mes lectures d’Homère, d’Ovide, de Virgile ou d’Hérodote, etc., qui ont accompagné toute ma vie et en sont l’une des activités les plus délicieuses s’est assise sur la lecture des volumes de la collection des “Contes et Légendes”, ce qui fait que je n’ai jamais lu ni l’Iliade, ni l’Odyssée, ni les Métamorphoses, ni l’Enéide que par des plongées plus ou moins longues dans un milieu à la fois connu et à découvrir.

Publicités

Written by cercamon

20 mai 2012 at 19:03

Publié dans commentaire, reblog

Tagged with , ,

Machiavel: la conversation des anciens (lettre à F. Vettori)

leave a comment »

cercamon

Lettre à Francesco Vettori du 10 décembre 1513:

vêtu décemment pour l’occasion j’entre dans les cours antiques des hommes antiques, où, reçu par eux avec amitié, je me nourris de cet aliment qui seul est mien et pour lequel je suis né; où je n’ai pas honte de parler avec eux, et de leur demander raison de leurs actions; et eux, dans leur humanité, me répondent; et pour 4 heures, je ne sens le moindre ennui, j’oublie tout souci, je ne crains pas la pauvreté, la mort ne me trouble pas: je me livre tout entier à eux. Et parce que Dante dit qu’il n’y a pas de science sans la rétention de ce qui a été compris, j’ai noté ce qui par leur conversation m’est apparu important, et composé un opuscule de Principatibus.

Plus d’extraits, en italien et traduits, après le saut.

Voir l’article original 1 032 mots de plus

Written by cercamon

20 avril 2012 at 11:58

Publié dans citation, report

Tagged with ,

Les deux voies de la lecture / Stanislas Dehaene (2007)

leave a comment »

cercamon

[Màj 2018.06.13: à ma connaissance, la première formulation de cette description se trouve chez Alhazen (10e siècle)]

Les Neurones de la lecture.- Odile Jacob, 2007; p. 68:

… tous les systèmes d’écriture oscillent entre l’écriture des sens et celle des sons. Cette distinction se reflète directement dans le cerveau du lecteur. La plupart des modèles de la lecture postulent que deux voies de traitement de l’information coexistent et se complètent. Lorsque nous lisons des mots rares, nouveaux, à l’orthographe régulière, voire des néologismes inventés de toutes pièces, notre lecture passe par une voie phonologique qui décrypte les lettres, en déduit une prononciation possible, puis tente d’accéder au sens. Inversement, lorsque nous sommes confrontés à des mots fréquents ou irréguliers, notre lecture emprunte une voie directe, qui récupère d’abord le mot et son sens, puis utilise ces informations pour en recouvrer la prononciation.
Les deux voies de la lecture selon S. Dehaene

Voir l’article original

Written by cercamon

18 avril 2012 at 08:29

Publié dans citation

Tagged with , ,

Parole et écriture / Jean-Jacques Rousseau (1761)

leave a comment »

cercamon

(Fragment « Prononciation », 1761; in Pléiade, OC (1964), t. 2, p. 1248 sq.)

Les langues sont faites pour être parlées, l’écriture ne sert que de supplément à la parole; […] Le plus grand usage d’une langue étant donc dans la parole, le plus grand soin des Grammairiens devrait être d’en bien déterminer les modifications; mais au contraire ils ne s’occupent presque uniquement que de l’écriture. Plus l’art d’écrire se perfectionne, plus celui de parler est négligé. On disserte sans cesse sur l’orthographe, et à peine a-t-on quelques règles sur la prononciation.

Voir l’article original 252 mots de plus

Written by cercamon

18 avril 2012 at 08:28

Les babouins lecteurs (lecture et langage) 2/2

with 3 comments

 

(L’illustration est tirée de l’article: Orthographic Processing in Baboons (Papio papio) / Jonathan Grainger, Stéphane Dufau, Marie Montant, Johannes C. Ziegler, and Joël Fagot.- Science 13 April 2012 sur lequel je reviens dans ce billet.)

En ouverture de son livre, au moment de poser la problématique de sa recherche, Stanislas Dehaene paraît bien être dans la ligne aristotélicienne, dont il traduirait la suite logique parole > écriture dans les termes chronologiques de l’évolution darwinienne:

« Notre capacité d’apprendre à lire pose une curieuse énigme, que j’appelle le paradoxe de la lecture: comment se peut-il que notre cerveau d’Homo sapiens paraisse finement adapté à la lecture, alors que cette activité, inventée de toutes pièces, n’existe que depuis quelques milliers d’années? » (Les Neurones de la lecture, p.24)

Il m’a cependant semblé trouver dans ses résultats de quoi contester la séquence aristotélicienne. Lire le reste de cette entrée »

Written by cercamon

17 avril 2012 at 16:43

Les babouins lecteurs (lecture et langage) 1/2

leave a comment »

http://mcetv.fr/news-express/1404-des-babouins-de-guinee-capable-de-lire-des-mots-comme-dans-la-planete-des-singes

Il vient de paraître dans Science les résultats des travaux d’une équipe de chercheurs marseillais sur les capacités de lecture des babouins[1].

« Les capacités de lecture des babouins »! On est habitués aux discussions et polémiques touchant les aptitudes linguistiques ou pré-linguistiques des grands singes (apes) mais la lecture! les babouins!

La note de vulgarisation du site de mce.tv par quoi je suis arrivé à cet article (et où j’ai pris l’illustration de ce billet) annonce même: « Des babouins de Guinée capable de lire des mots comme dans « La planète des singes » ».

Sensationnalisme journalistique: les babouins de Guinée sont loin de lire des livres, « comme dans La Planète des singes », et si l’article original parle d’orthographe (« Orthographic Processing in Baboons »), il ne s’agit pas de l’orthographe au sens courant. Le mot prend ici un sens particulier, pertinent dans le domaine des études sur les processus neuronaux de la lecture, à savoir la capacité d’identifier les lettres individuelles et de traiter leurs positions dans un mot[2]. Il n’en reste pas moins que les résultats de l’équipe marseillaise sont passionnants et qu’ils remettent en cause les idées reçues sur le rapport entre le langage et la lecture. Lire le reste de cette entrée »

Written by cercamon

17 avril 2012 at 13:31

Peter Sloterdijk (via Bruno Latour): l’humanisme occidental

leave a comment »

Peter Sloterdijk fait remarquer que tout l’humanisme occidental consiste en ce que des adultes voudraient que leurs enfants lisent en silence sous une lampe en se tenant bien tranquilles. Et que dès que les enfants commencent à s’agiter autrement, à sortir, à éteindre la lampe et à bouger, les humanistes de la civilisation occidentale se mettent à trembler.

(Bruno Latour, Le livre face à l’écran, un objet irremplaçable?, 2007 – reporté de « bibliothécaire?« )

Written by cercamon

13 mars 2012 at 19:43

Publié dans citation

Tagged with , , ,