mrg | lettrure(s)

lire / écrire / numérique(s)

Marinetti, 1909: la littérature agressive

with 3 comments

La littérature ayant jusqu’ici magnifié l’immobilité pensive, l’extase et le sommeil, nous voulons exalter le mouvement agressif, l’insomnie fiévreuse, le pas gymnastique, le saut périlleux, la gifle et le coup de poing.

La letteratura esaltò fino ad oggi l’immobilità pensosa, l’estasi e il sonno. Noi vogliamo esaltare il movimento aggressivo, l’insonnia febbrile, il passo di corsa, il salto mortale, lo schiaffo ed il pugno.

(Filippo Tommaso Marinetti: Il manifesto del futurismo, 1909)

Et aussi:

Noi vogliamo distruggere i musei, le biblioteche, le accademie d’ogni specie…

(Il est remarquable que le Manifeste de Marinetti est daté de 1909 et ne peut donc être compris comme une réaction à la guerre. Le mouvement Dada est fondé en 1916 et Apollinaire invente le mot »surréalisme » en 1917.)

Written by cercamon

12 novembre 2011 à 17:33

Publié dans citation

Tagged with ,

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Je ne me souviens pas d’avoir jamais rien lu d’agressif chez Apollinaire, en tout cas pas dans la poésie (dans les marginalia, oui, mais c’est une autre affaire). Ce qui tend à signifier que, s’il a bien inventé le mot « surréalisme », il l’entendait dans un sens très différent des jeunes Breton-Aragon-Soupault, plus proches, quant à eux, en effet, de Dada et de Marinetti.

    cjacomino (@cjacomino)

    12 novembre 2011 at 17:46

    • Je n’entendais pas placer Apollinaire (ni les surréalistes d’ailleurs) dans une généalogie mais…

      Ne pleurez donc pas sur les horreurs de la guerre
      Avant elle nous n’avions que la surface
      De la terre et des mers
      Après elle nous aurons les abîmes
      Le sous-sol et l’espace aviatique
      Maîtres du timon
      Après après
      Nous prendrons toutes les joies
      Des vainqueurs qui se délassent
      Femmes Jeux Usines Commerce
      Industrie Agriculture Métal
      Feu Cristal Vitesse

      Il y a là une certaine parenté avec le futurisme, non? (Peut-être plus étroite que celle qu’avait le surréalisme lui-même…)

      MRG aka Cercamon

      12 novembre 2011 at 17:53

      • Oui, sans doute, je ne voyais plus ce poème. Mais GA semble atteint de la folie de vouloir tout accepter, tout assumer, tout approuver, jusqu’à la guerre. Tandis que les jeunes surréalistes, leur folie est plutôt de tout condamner, refuser.

        cjacomino (@cjacomino)

        12 novembre 2011 at 21:53


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s